Par : IEN
Publié : 14 avril 2012
Format PDF Enregistrer au format PDF

Le mascaret

Egalement appelé "barre" ou "flot", le Mascaret a pendant des siècles imposé sa loi aux sites et aux riverains de l’estuaire, de l’embouchure jusqu’au-delà de Rouen.

Définition

Lors des grandes marées, la rencontre de la marée montante avec le courant descendant du fleuve fait naître une forte vague (mascaret) qui remonte le fleuve à grande vitesse. Il semble que ce phénomène soit dû à la superposition d’ondes successives qui se propagent avec une rapidité croissante, les dernières rejoignant les premières.

Formation d’un mascaret

Plusieurs conditions sont nécessaires pour qu’il y ait formation d’un mascaret :

  • un estuaire en forme d’entonnoir
  • un estuaire en pente douce
  • une forte pente à l’embouchure
  • Mascaret de l’estuaire de la Seine

Dans l’estuaire de la Seine, le mascaret augmentait le niveau de l’eau jusqu’à + 2,5 m. La vague remontait vers l’amont a une vitesse de 25 km/h. Elle faisait courir de gros risques aux bateaux restés à quai, rompant leurs amarres et les fracassant sur le quai. Les bacs stationnaient au milieu de la Seine pour éviter tout accident.
Le point culminant du phénomène se situait à Caudebec-en-Caux. Il attirait de nombreux spectateurs dont certains se faisaient "doucher" par les débordements de la vague. Les accidents n’étaient pas rares et on dit même que la noyade de Léopoldine, la fille de Victor Hugo, serait due au mascaret.

Disparition

Les travaux d’endiguement successifs dans la Seine pour la construction du Chenal de Rouen ont fait disparaître le mascaret dans ses aspects spectaculaires en 1963.
Il ne reste que très peu de mascarets en raison des aménagements réalisés dans les estuaires. En France, subsistent les mascarets de la Durance et de la Garonne.

Victor HUGO (1802-1885)

C’est à tort que l’on prétend qu’un mascaret a emporté Léopoldine, la fille de Victor Hugo, pour laquelle, inconsolable, il écrivit le poème Demain, dès l’aube... (Les Contemplations). Le coefficient de la pleine mer du matin du 4 septembre 1843, jour du drame, n’était que de 45, une valeur beaucoup trop faible pour permettre un mascaret. La ville de Villequier proche de Caudebec-en-Caux possède dans la maison Vacquerie (du nom du gendre de Victor Hugo, marié à Léopoldine) transformée en musée Hugo, la coupure de presse en date du 4 septembre 1843, relatant le naufrage dans la Seine au lieu dit « dos d’âne » et faisant état d’un fort coup de vent soudain et imprévu qui aurait couché l’embarcation chargée de 4 personnes et dont le lest mal assujetti rajouté au dernier moment aurait contribué au naufrage et non pas du mascaret. WIKIPEDIA

Demain, dès l’aube...

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,

Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.

J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.

Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,

Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,

Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,

Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,

Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,

Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe

Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Voir en ligne : Source de l’article